[REE] Etape 0 : Energ’Y Citoyennes et ForestEner (Grenoble)

Depuis le 16 mars 2022, j’ai commencé le voyage autour de mon projet “Repenser l’énergie ensemble”. Pour rappel, ce dernier consiste en un voyage à travers les projets citoyens d’énergie en France et en Europe. Ces projets sont impulsés par une dynamique citoyenne et ont pour but de se réapproprier des moyens de production d’énergie. Ils émergent depuis les années 1970, mais un regain important existe depuis plusieurs années, notamment face à la crise écologique.

En stop ou en train, à travers le Diois, l’Ecosse et bien d’autres territoires, je me lance pendant cinq mois dans une itinérance à travers les lieux et les personnes qui ont construit ces projets afin de découvrir, questionner et créer du récit autour de ces nouvelles pratiques. Au retour de cette itinérance, une exposition photo à Grenoble aura pour objectif de partager les différentes énergies citoyennes dont il a pu être témoin. Pour immerger un peu plus le visiteur dans ce voyage, un univers musical accompagnera l’exposition, constituée de fragments sonores qui auront été enregistrés pendant le projet.

Mais, en réalité, ce projet a déjà commencé dès février 2022. En effet, avant d’aller voir ce qu’il se passe ailleurs, il me paraissait cohérent d’aller voir ce qu’il se passe où j’étais, c’est-à-dire à Grenoble. La métropole grenobloise et ses environs ont vu naître le projet citoyen d’énergie Energ’Y Citoyennes (dont le Y symbolise le Y géographique grenoblois) autour du solaire citoyen ainsi que ForestEner autour des chaufferies citoyennes. 

J’ai d’abord pu rencontrer Energ’Y Citoyennes lors d’un “Apéro Solaire”, c’est-à-dire une réunion de présentation entre bénévoles et curieux le 29/01/2022. Cet événement avait lieu dans la maison de la Musique à Meylan, qui va bientôt accueillir la deuxième plus grosse toiture photovoltaique (95 kWc) financé par  Energ’Y Citoyennes après celle de la Belle électrique (99kWc). Le projet sur la Belle électrique (salle de concert à Grenoble) avait d’ailleurs été particulièrement important pour Energ’Y Citoyennes car de nombreux bénévoles et sociétaires étaient arrivés suite à ce projet qui touchait un lieu emblématique grenoblois.

Au programme : présentation de  Energ’Y Citoyennes par son président Julien ROBILLARD et sa vice-présidente Fabienne MAHREZ, aux côtés du maire de Meylan. Quelques informations que j’ai pu relever et qui me paraissent intéressantes : 

  •  Energ’Y Citoyennes est une société à actions simplifiées (SAS) mais à statuts coopératifs, c’est-à-dire qu’elle est basée sur le système “1 personne = 1 voix”. 
  • La société dispose du label ESUS, ce qui signifie qu’elle doit réinvestir 75% de ses profits.
  • Parmi les cofondateurs, on peut trouver la métropole de Grenoble ainsi que l’agence locale de l’énergie et du climat (ALEC), Enercoop Auvergne-Rhône-Alpes et Energie Partagée. 
  • L’ensemble des personnes animant  Energ’Y Citoyennes sont bénévoles, comme souvent dans ces projets citoyens d’énergie. On verra dans le prochain article que cet aspect est à la fois une force et une faiblesse de ces projets.
  • Les considérations d’ Energ’Y Citoyennes dépassent le simple développement de projets photovoltaïques. On y trouve en effet un groupe de travail sur la sobriété énergétique et il y aussi des réflexions sur les provenances des panneaux solaires.
  • Au niveau des sociétaires (c’est-à-dire ceux qui ont investi financièrement dans  Energ’Y Citoyennes), on trouve 45% de femmes. Pourtant, parmi les bénévoles on trouve moins de 30% de femmes. De plus, l’aspect urbain d’Energ’Y Citoyennes fait que sa population de sociétaires et de bénévoles aura tendance à être plus jeunes et plus féminines que des projets citoyens d’énergie plus ruraux.

J’ai ensuite pu participer à une visite des installations de ForestEner, organisé pour le comité de surveillance de Energie Partagée Investissement (EPI). En effet, Energie Partagée est le réseau national des projets citoyens d’énergie en France. Une de leur capacité est d’apporter un apport financier à travers EPI aux projets afin d’être plus crédible auprès des banques et de leur permettre d’obtenir des prêts. Ainsi, EPI dispose d’un droit de regard sur les installations effectuées suite à cet apport.

La journée a débuté par une présentation de ForestEner par son président Eddie CHANAL et Energ’Y citoyennes (qui était aussi présent à travers Fabienne MAHREZ). Pour ForestEner, on retrouve un alignement avec Energ’Y citoyennes sur les valeurs véhiculées (écologie, citoyenneté et solidarité) et donc sur la forme juridique autour de la coopération.

L’objectif est de “faire ensemble” Ce n’est pas très étonnant car ForestEner est né de la synergie entre Enercoop AuRA et Energ’Y Citoyennes.

ForestEner développe des projets de chaufferies au bois citoyennes autour de Grenoble. D’après son président, “on fait les projets que personne fait”, car ForestEner a pour l’instant effectuait principalement des projets de petites gammes qui n’attirent pas les investisseurs privés.

Le premier projet qu’ils m’emmènent visiter est situé à Varces (15 km de Grenoble).  Là-bas, ForestEner a financé et installé une chaufferie bois de 600 kW (environ de quoi alimenter 150 logements), en lien avec la mairie. L’objectif premier était environnemental en remplaçant la chaudière au gaz.

En effet, la forêt française suffit à absorber les émissions de chaufferie bois, ainsi le chauffage au bois est neutre en CO2 par rapport à un chauffage gaz. De plus, avec l’augmentation des prix du gaz, le projet acquiert également un sérieux intérêt économique.

Après un passage à la ferme à Dédé en tant que bon grenoblois, les deux installations suivantes de ForestEner que l’on visite sont situées à Sassenage, en périphérie de Grenoble. La première chaufferie est plus petite (220 kW) et alimente un groupe scolaire et un gymnase.

La seconde installation (600 kW) alimente un gymnase et une piscine, bâtiment particulièrement intéressant pour les chaufferies car il consomme toute la journée et toute l’année. Un aspect intéressant de ces projets de chaufferie au bois est qu’ils sont tous ravitaillés en bois par un réseau d’entreprises locales (ABSRA).

Plus globalement, ces projets se sont construits grâce à un ensemble d’acteurs, désireux de faire ensemble des projets à l’échelle locale autour de valeurs qui les réunissent tous.

Merci à tous ceux qui m’ont permis de découvrir ces projets citoyens d’énergie ! Pour la prochaine étape, on quittera la métropole pour se diriger vers le Grésivaudan, direction les Centrales Villageoises du Grésivaudan avec Grési21 !

Le projet « Repenser l’énergie ensemble » a été rendu possible grâce au soutien financier de la Fondation Grenoble INP, Enercoop Auvergne Rhône-Alpes, Enercoop Bretagne et de la Ville de Grenoble.

N’hésitez pas aussi à me suivre sur les réseaux sociaux et notamment sur Instagram où je suis le plus actif !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.